Potomitan

Site de promotion des cultures et des langues créoles
Annou voyé kreyòl douvan douvan

Entrée du Musée

Le musée du Dodo

Des dodos comme s’il en pleuvait !!!...

Emmanuel Richon

Dodo, gravure sur bois

Dodo, gravure sur bois, par J. Bontius, 1658.

Par plusieurs articles parus dans les colonnes du journal L’Express, les 25 et 29 décembre 2013, puis le 14 janvier 2014, je tentais, hélas sans succès, d’alerter et informer vos lecteurs comme les autorités concernées, de l’existence de plusieurs ventes aux enchères prestigieuses ayant eu lieu la même année et où figuraient, entre autres, des ossements de dodo.

En effet, mi-novembre 2013, le journal Daily Mail rapportait dans ses colonnes, que deux os de dodo provenant d’une patte et d’un pelvis, furent mis aux enchères par Summers Place Auctions de Billingohurst dans l’Ouest Sussex. Dans les commentaires du journal, ils étaient déclarés tous deux en excellent état de conservation. La mise à prix était fixée à £ 30 000, soit la coquette somme de Rs 1 500 000 !!! Comme il est dit dans l’article à l'époque, il s’agit de la seconde vente privée d’os de dodo pour l’année 2013. Il y est aussi mentionné expressément qu’aucune vente d’os de dodo n’a eu lieu entre 1934 et 2013…

En mars 2013, un autre simple petit fragment de fémur a été mis à prix pour £ 8 000 lors d’une vente chez Christie’s à Londres.

Aussi, selon moi, la question méritait alors d’être posée: Deux ventes coup sur coup dans les plus prestigieuses salles du Royaume- Uni, alors qu’il n’y en avait eu aucune depuis 1934… Cela donnait à réfléchir. À tout le moins, il convenait d’enquêter afin de pouvoir connaître la provenance de ces vestiges de notre Raphus cucullatus.

Comme le déclarait naïvement James Hylop, directeur du département Travel, Science and Natural History au sein de la très célèbre maison de vente aux enchères Christie’s située dans le sud de Kensington à Londres, «il est tellement rare pour quelqu’un de tomber sur une parcelle de si grande valeur»… et le directeur d’ajouter en 2013, que «le dodo est un oiseau qui, au fil des ans, s’est fait une place dans la culture du patrimoine». À savoir justement, que selon le Directeur lui-même, la dernière vente d’une pièce rare provenant de cet animal désormais mythique remontait à 1934.
En effet, les ossements de cette ancienne vente de 1934 furent recueillis jusqu’en 1930, année où le marais de la Mare aux Songes fut alors comblé, afin d’éviter les risques de propagation de la malaria.

Mais le responsable de Christie’s l’assurait mordicus: le fragment d’os de dodo vendu cette année est ... «d’origine parfaitement légitime». Pourtant, des questions concernant l’origine et la légitimité de ce fragment d’os, vendu à plus de £ 8 000 (près de Rs 400 000), avaient alors été soulevées.

Selon le même responsable interrogé par le journal L'Express, «La vente réalisée en avril dernier provient d’une vieille collection anglaise qui a été réunie au 19e siècle», révélait James Hyslop, le spécialiste scientifique de Christie’s, sollicité par l’Express. Il précisait même qu’à travers le monde, il n’y avait qu’une poignée de collectionneurs privés à pouvoir posséder des fragments d’os de dodo.

Si, comme l’affirmait alors le Commissaire-Priseur, il existait encore des familles anglaises propriétaires d’ossements de dodos recueillis lors de la fouille de 1865, comment se fait-il qu’une aussi célèbre salle des ventes que Christie’s refusait alors catégoriquement et contre toute logique, de produire le nom des propriétaires qui lui en avaient confié la vente en 2013? D’autant plus que Christie’s déclarait étrangement qu’elle n’avait pas pour politique habituelle de divulguer les noms de ses «vendeurs»...

Plus trouble, tu meurs!

Il est très facile au lecteur de comprendre que ce qui doit justement prévaloir en matière de ventes aux enchères est exactement l’inverse et qu’une salle des ventes ne peut en aucun cas se retrancher sur l’équivalent d’une sorte de secret bancaire à la Suisse, prétextant qu’elle se devait de protéger l’identité des personnes lui confiant des objets… Le délit de recel n’était pas loin!

M. Hyslop déclarait enfin à l’Express que les vestiges passés en vente provenaient de la fouille de 1865… 1865 est la date de la découverte des ossements de la Mare-aux-Songes par Higginson et la supposition par George Clark, maître d’école à Mahébourg, que ces ossements s’avéraient, peut-être, ceux d’un dodo. James Hyslop de Christie’s insistait pour prétendre que ces collections anglaises privées auraient été récoltées en 1865…

En 2013, mon point de vue personnel était que nous ne pouvions pas nous contenter d’une pareille affirmation pour le moins péremptoire, il nous fallait des preuves… Mais le gouvernement mauricien n’entreprit absolument rien pour récupérer cet héritage national… Etrange.

Le Mauritius Institute est, et de loin, l’institution à posséder le plus d’os de dodos au monde, environ 3 000 ! 3 000 x £ 15 000 = £ 45 millions… Soit, tenez-vous bien, Rs 2 milliards 250 millions de nos Rupees actuelles, voilà désormais l’équation ! C’est aussi simple que cela…

Pourquoi revenir sur ce sujet aujourd’hui, sachant qu’il y a deux ans, rien ne fut entrepris pour recouvrer ces biens culturels…? Figurez-vous que le journaliste Harry Cockburn dans le journal Independent en date du 25 août 2016 annonce ostensiblement la future vente en novembre prochain, d’un dodo entier, reconstitué à 95%, ce qui le rend, au passage, plus complet que tous ceux existant à ce jour… Il informe que ce squelette

«comes from a private collector who bought the majority of the bones in the 1970s and 1980s. By the early 2000s he realized he had enough bones to construct a skeleton, only lacking part of the skull and one set of claws, both of which have been reconstructed to complete the skeleton for the sale.»

Aussi simple que cela!...

Le Directeur de la salle des ventes concernée, qui n’est autre que la même Summers Place Auction de la précédente vente de 2013, (a Sussex-based specialist in Natural History auctions) déclare quant à lui:

«The rarity and completeness of this specimen cannot be over emphasised, and it provides a unique opportunity for an individual or an institution to own a specimen of this great icon of extinction»

et d’ajouter:

«The majority of auction estimates are based on precedent of similar pieces being offered, which is impossible in this case, so given its rarity and desirability, we are anticipating an auction price in the region of a high six-figure sum.»

Les dés sont jetés…

Le journaliste Harry Cockburn de conclure l’article de L’Independent:

«The last time an almost complete dodo skeleton was available was in 1914, when a skeleton was sold to Cardiff Museum, which paid £350 for the remains. Summers Place Auctions estimates that would be roughly £5m today.»


5 millions de Livres Sterling d’aujourd’hui, soit la somme de 250 millions de Rupees!… Cela laisse pantois!

Juste un petit hic.

Dans un second article publié quant à lui dans le County Times, West Sussex, sous la plume de Sarah Page en date du 28 août 2016, celle-ci n’hésite pas à citer Errol Fuller, le Conservateur de la Vente Summer’s Place:

«Dodo skeletons are extremely rare. It is currently owned by a private collector who has bought bones from private collections and auctions for decades. He spent years adding to his collection which he started in the 1970s and it was only in the early 2000s that he realized he had enough bones to construct a skeleton. He then meticulously reassembled them to create as complete a specimen as possible.»

Quelle perspicacité, n'est-ce pas?

Sans jeu de mot, la plume m'en tombe...

En peu de lignes, voilà une version qui en dit long…

Premièrement parce qu’elle contredit les informations données par Christie’s en 2013 à l’effet qu’aucune vente d’ossements n’avait eu lieu dans le monde depuis 1934… C’était une fierté de la célèbre Salle des ventes londonienne qui s’en servit alors comme principal argument de vente!

D’où proviennent donc les ossements dont parle Errol Fuller et qui sont censés avoir été acquis méticuleusement, avec patience et dévotion dans les années 70 par ce collectionneur génial et fortuné, aujourd’hui à même de pouvoir reconstituer un dodo entier! S’il n’y a eu aucune vente entre 1934 et 2013 selon Christies, comment prétendre que le squelette entier aujourd’hui en vente a pu faire l’objet d’achats avisés d’ossements épars lors de vente qui n’ont jamais existé!

Un ange passe!

Nous l’affirmons ici haut et fort, la Maison Summers qui s’apprête à vendre un squelette de dodo entier, a menti. Les ossements en question ne proviennent pas de ventes licites puisque ventes il n'y eut jamais..., et sont donc d’origine plus que douteuse, faisant sans doute l’objet d’un trafic international aussi juteux qu’immoral et cela sur le dos de notre pays, la République de Maurice. Il est plus que temps de diligenter des démarches juridiques visant à annuler ces ventes et obtenir le rapatriement de ces biens culturels de la plus haute valeur, que seule l’Ile Maurice devrait pouvoir s’enorgueillir de posséder.

Un commerce odieux a lieu en ce moment, impliquant des trafiquants et des réseaux qu’il convient de démasquer. L’Ile Maurice se doit de lancer une commission rogatoire ayant pour but affiché d’arrêter cette vente dont l’origine des biens vendus est plus que douteuse afin de rapporter ce qui se devra d’être restitué en bonne et due forme au pays.

Comment oser affirmer qu’un collectionneur, savant érudit, aurait pu s’avérer suffisamment calé pour pouvoir reconstituer un squelette entier par lui-même? A moins d’imaginer en toute logique, que le squelette en vente ait pu se voir reconstitué ni plus ni moins que par des paléontologues mêmes… L’enquête seule pourra le dire, si toutefois, les autorités d’aujourd’hui s’avèrent plus capables d’entreprendre quoi que ce soit pour recouvrir des biens qui reviennent aux institutions culturelles de ce pays… Y seront-elles seulement sensibles? Peut-être s’enorgueilliront-elles du montant de la vente une fois qu’elle aura eu lieu?

Aujourd’hui, serait-il possible, à travers Interpol ou, mieux encore, une commission rogatoire, d’exiger de la salle des ventes concernée par ces enchères sur des ossements de dodo, de dévoiler l’origine exacte et détaillée de ces vestiges et de donner le ou les noms des anciens propriétaires en remontant dans le temps? A entendre les responsables de la future vente, se procurer des ossements de dodos dans les années 70 aurait été aussi simple que de faire son marché sur E-bay aujourd’hui...

Dans cette affaire, il y va d’une certaine idée de notre souveraineté, sans quoi, demain, nous ne tarderions pas à voir apparaître, si ce n’est déjà le cas, un trafic aussi odieux que juteux, se faisant sur le dos de notre patrimoine mauricien qui, il est vrai, se trouve ici même peu pris en compte, mais qui s’avérerait, à l’étranger, une véritable poule aux œufs d’or…

Pauvre dodo! De colombiforme, le voilà devenu gallinacée…

Un meilleur suivi de ces ossements et de leur état serait le moins qu’on puisse faire, faute de quoi, ne nous étonnons pas qu’en fait de dodos, nous ne devenions purement et simplement que les dindons de la farce! Nous nous faisons plumer par 500 millions de Rs et nous ne le savons même pas, ou pire, le sachant, nous nous laissons faire sans broncher! A lire les journaux de bord hollandais et contrairement aux idées reçues, le dodo, au moins, lui, se défendait bec et ongles et vendait chèrement sa peau!

De fait, un négoce du patrimoine mauricien a bel et bien lieu, à 11 000 km de nos frontières et sans aucune garantie de transparence… Les montants concernés s’élevant désormais à des millions de livres sterling, ces ventes d’un tout nouveau genre paraissent, de fait, guidées par le seul appât du gain.

Laisserons-nous faire ce type de sordide trafic parfaitement odieux sans broncher? Si notre dodo figure bien sur nos armoiries nationales, serait-ce pour, aujourd’hui, fermer les yeux sur ce qui préfigure une dilapidation de notre patrimoine le plus cher? Sans compter que d’autres pays comme Madagascar, notre voisin, sont touchés. Lors de cette même vente de 2013, un œuf d’Aepyornis maximus, l’oiseau le plus grand que la terre ait porté, fut également mis en vente. Allons-nous laisser faire ces larcins pratiqués sur le dos de notre patrimoine sans broncher?

dodo

Préambule | Les mystères d’un nom | Dodoland | Témoins oculaires | Des contradictions évidentes | Premières légendes | Derniers témoins | Physionomie du Dodo | Le Dodo de Prague | Le Dodo de Surat | Le Dodo d'Amsterdam | Des Dodos blancs | L'image déformée d'une image déformée | Où est la vérité ? | Quels vestiges ? | Mais d'où sort-il cet oiseau ? | Injustice pour tous les autres | Les tortues géantes Cylindraspis | Quel régime alimentaire ? | Symbiose avec les tortues ? | Le Dodo d'Alice |Frère du Dodo| Découvertes du solitaire | Evolution | As dead as the Dodo ? | Conclusion ? | Bibliographie | Questionnaire destiné aux scolaires | Le Dodo a désormais son Musée virtuel | Réactions | Presse | Contemporains disparus | Dodo and solitaires, myiths and reality | Texte de Buffon consacré au Dronte | Louis Etienne Thirioux | Short communications | Emmanuel Richen sonne "Le Reveil du dodo" | Le reveil du dodo | Il faut sauver le dodo | The intercultural dodo | Sous la varangue | Des dodos comme s'il en pleuvait !!!...
 

Avan teks | Mister enn non | Dodoland | Temwen vizyel | Enn ta kontradiksyon | Premye lezann | Dernye temwen | Dodo la so portre | Dodo Prag la | Dodo Surat | Dodo Amsterdam | Bann Dodo blan | Zimaz enn zimaz enn zimaz,… | Kot laverite ? | Ki pe reste aster ? | Dodo la, ofe ki li ete ? | Pa Dodo selman | Bann torti zean, fami Cylindraspis | Ki zot ti pe manze ? | Ki zot ti pe manze ? | Sinbyoz1 ek torti ? | Dodo Alice | Dodo la so frer | Dekuvert soliter | Evolisyon | Konklizyon ? | Bibliographie | Kestyoner pu bann zelev

Viré monté