Potomitan

Site de promotion des cultures et des langues créoles
Annou voyé kreyòl douvan douvan

Calendrier des les métiers en voie de disparition
Janvier 2018

Le Boulanger, sa Femme et l’Usine à pains

Hector Poullet

Le laboureur m’a dit en songe:
«fait ton pain
je ne te nourris plus
gratte la terre et sème.!»
(Sully Prud’homme)

Photo Geneviève Poullet.

Frantz est boulanger dans un village de montagne
Il passe chaque jour à la même heure
avec sa voiture
dans tous les chemins souvent défoncés
porter le pain à domicile.
Tout chaud
avec une belle croute dorée craquante
une mie blanche bien aérée.
Du pain cuit au feu de bois !

Le tout premier four  
assez sommaire en ce temps d’antan
avait été construit par son grand-père.
Ce four a été reconstruit
il y a quelques vingt ans par son père
avec l’aide de maçons
qui savaient encore faire
une chambre de cuisson au plafond voûté
en briques réfractaires et chaux de tuf volcanique
mêlée de tests de madrépores
ramassés sur le rivage.
Séparé de cette chambre où cuit la pâte à pain
un foyer juste en dessous
où brûle le bois.

Frantz ne distribue pas  de pain le dimanche !
C’est le jour où
armé de sa tronçonneuse
il parcourt la campagne environnante
pour trouver le bois qui servira
toute la semaine à chauffer le four.

Bois d’élagage, arbres morts
avec du bois bien sec
mais jamais il ne songe abattre un arbre vivant
ni se servir du bois industriel des palettes par exemple

Le samedi notre boulanger
livre également des pâtisseries
Chaussons et pâtés fourrés de confiture de noix de coco.
C’est sa femme Eléonore qui se lève avec lui avant l’aube pour les faire
tandis que lui pétrit la farine avec un peu du levain de la veille
gardé dans un coin du pétrin.

Le pain de notre boulanger ne saurait se comparer
A ces ficelles et baguettes élastiques de l’usine à pain
Du Centre dit des épis
Là-bas ce n’est pas du pain
c’est du caoutchouc farineux
qui n’a du pain que le nom, l’aspect 
jamais l’amour
du vrai, du bon, de l’authentique.

Hector Poullet  déc. 2017

   

Boulanjé-a, madanm-li ek lizin pen-an

Traduction en créole de la Martinique par Jid

Dan an rev, an labourè di mwen:
«Fè pen’w wou menm
Man pé ké nouri’w ankò
Grate tè-a ek simen grenn»

Franz, boulanjé dan an kartié an tet mòn lan.
I ka pasé chak jou, a menm lè-a, épi loto’y
Adan tout chimen défonsé
Pou pòté pen akay moun a domisil.

Pen-an tou cho épi zékal-li ka kratjé
I ni an bel lanmin bien blan
Pen ki tjuit épi difé bwa.

Dépi antan lontan, gran-papay
té fè an fou kon i té pé.
Yonndé mason endé papa’y viré fè’y
Epi an bel chanm pou tjuit pen-an.
Sa té fet épi brik réfraktè, tif volkan-an
Bien malaksé épi ti-woch madrépò
Ranmasé bò lanmè-a.
Anba chanm fou a té ni an fouyé-difé
Eti yo té ka brilé bon bwa.

Franz pa ka livré pen lé dimanch !
Sé jou éti i ka pran twonsonez-li
pou bat lapikoré an bwa-a ay chaché bon bwa.
Bwa yo ja koupé, piébwa ki atè, bwa bien sek
Mé janmen ou pé ké wè’y koupé piébwa vet
Ni sèvi bwa enpòté, kontel palet bwa.

Lé sanmdi, boulanjé nou-an
Ka livré bonbon patisri
Choson plen épi konfiti koko.
Sé madanm-li Léonò ka lévé bonnè pou fè sa
Toupandan, i ka pétri farin épi tibren lelven lavèy
I mété dan an kwen pétren-an.

An pies kalté manniè, yo pé pa konparé
Pen boulanjé nou-an épi sé vié baget lastik
Lizin pen Sant-lan, yo ka kriyé «Des épis».
La sé pa pen, mé kawodichou épi an gou farin
Yo bay non: pen.

Sa pa ni ayen a wè, épi bon kalté pen
Obidjoul ek otantik boulanjé nou-an.     

Jid

 

 

Viré monté