Potomitan

Site de promotion des cultures et des langues créoles
Annou voyé kreyòl douvan douvan

2022
Le Jardin créole

Les «racines», plantes à tubercules comestibles

Hector Poullet

Jardin créole. Photo Francesca Palli.

Déjà l’Ichali, le jardin des Kalinas,  avant l’arrivée des Européens dans ce Nouveau Monde, était à base de plantes à tubercules:

  • Le Manioc, Manihot esculenta
  • La Patate, Ipomea batatas
  • L’Igname cousse-couche, Dioscorea trifida
  • Le Toloman, Canna edulis
  • La Dictame, Maranta arundinacea
  • Le Topitambo, Calathea allouia
  • Le Malanga (Guadaloupe), Chou caraïbe (Martinique), Xanthosoma sagittifolium

Plus tard, avec la colonisation, sont arrivées de toutes les parties du monde les Ignames, Dioscorea spp:

  • Les Ignames blanches, Dioscorea alata
  • Les Ignames jaunes,  Dioscorea cayenensis
  • L’Igname «Pa posib»(Guadaloupe) «Kouskouch dous» (Martinique), Dioscorea esculenta
  • L’Igname «adow» (Guadaloupe), «Coco bourik» (Martinique), Dioscorea bulbifera

Mais également des Aracées:

  • Le Madère(G), Dachine (M), Colocasia esculenta

Toutes ces «racines» du jardin créole ont, sans restriction, fait le bonheur et la matière première de la cuisine créole avant que certaines terres des Antilles n’aient été, entre 1970 et 1995 empoisonnées, pour des centaines d’années, par un pesticide organochloré, le Chlordécone.

Nous vous présenterons chacune de ces «racines», leurs qualités alimentaires et gustatives, ainsi que les précautions à prendre pour leur culture et leur consommation afin d’éviter, autant que faire se peut, toute contamination ou empoisonnement.

*

Pour plus d'informations:

Le jardin créole

Le jardin créole, Lucien Degras • Édition Jasor • 2005 • ISBN 2-912594-50-2. 37 €.

 Viré monté