Potomitan

Site de promotion des cultures et des langues créoles
Annou voyé kreyòl douvan douvan

TRININDIANS

ban

L'arrivée des premiers travailleurs Indiens à Trinidad et Tobago

Trinindians 1
Photo. © Dominique Fagnol.

Contexte de réalisation :

  • Année scolaire 2002-2003.
  • Classe de 3 ème D1, cours d'anglais
  • Résumé du contexte:

Par rapport à la commémoration du 150ème anniversaire de l'arrivée des premiers travailleurs Indiens à la Martinique (2003) et à la Guadeloupe (2004), il paraissait intéressant de faire le parallèle avec l'histoire vécue par les Indiens de Trinidad et Tobago.

Ce travail est en quelque sorte un devoir de mémoire pour les élèves et un procédé pour leur permettre de s'approprier une page de l'histoire de la Caraïbe.

Objectifs :

  • Découvrir la culture indienne à Trinidad et Tobago, lors de la commémoration du 150 ème anniversaire de l'arrivée des premiers travailleurs Indiens dans l'île.
  • Découvrir une île de la Caraïbe anglophones : la République de Trinidad and Tobago et ses spécificités (arts, littérature, musique, sports …)

Mise en œuvre :

  • Recherches personnelles organisées par les élèves à partir de livres, d'encyclopédies, de sites internet, avec le concours de M. Jean S. Sahaï, professeur d'anglais en Guadeloupe.
  • Mise en commun des recherches
  • Exposés des élèves en classe d'anglais suite aux recherches
  • Entretiens avec l'assistante Trinidadienne : Chrytal-Ann Phillip
  • Arts et culture
  • Us et coutumes
  • Mode de vie et art de vivre
  • Population
  • Réalisation des panneaux pour l'exposition

Durée :

  • Du 6 au 16 Décembre 2004, visible aux heures d'ouverture du Collège en salle audio visuelle.

Déroulement :

Inauguration le Lundi 6 Décembre 2004 à 11 heures au Collège de DUCOS, Martinique.

  • Accueil des invités
  • Allocution des personnalités
  • Visite de l'expo par les participants et invités
    • Danse indienne par Madame Consuelo MARLIN, danseuse professionnelle
    • Intermède musical au Steel Pan avec Madame PIERRE-LOUIS et Monsieur DESROC, atelier de Steel Pan de la Ville de DUCOS, Martinique.
    • Dégustation de boissons et friandises indiennes.
Monique Pierre-Louis
Monique Pierre-Louis. Photo Fernand LIN.

Contacts :

  • Responsable de l'exposition : Madame PIERRE-LOUIS, professeur d'anglais
    Tel : 0596 56 26 06 e-mail.
  • Responsable de la communication : Monsieur FAGNOL, responsable du CDI
    Tel : 0596 56 40 84 e-mail.

elephant

Trinindians 2
Photo. © Dominique Fagnol.
elephant elephant elephant

Exposition

En 1831 Trinidad comptait environ 22.000 esclaves qui travaillaient dans les champs de canne. La main d'œuvre était rare et cela s'annonçait plus difficile après l'Emancipation.

Entre 1838 et 1917, on transporta 500.000 Indiens vers la Caraïbe en tant que travailleurs.

Le 30 Mai 1845 arrivèrent les premiers immigrants venus des Indes, sur le bateau FATEL ROZACK. Ils venaient des régions de Madras, Fyzabad, Bengal, Patna, Nagpur, Bihar… On leur donna le nom de «Bound coolies».

Arrivé à Trinidad le bateau jetait l'ancre à Nelson Island. Les immigrants y restaient une ou deux semaines pour se reposer de leur long périple. Après on les répartissaient sur les différentes plantations qui les avaient embauchés.

Les immigrants travaillaient très dur et économisaient avec l'intention de retourner en Inde, d'autres désiraient acheter un terrain quand leur contrat arriverait à expiration.

Trinindians 6
Photo. © Dominique Fagnol.

La canne à sucre entrant en compétition avec la betterave, beaucoup de travailleurs ont cherché un emploi dans l'industrie du cacao, certains ont même acheté des parcelles de terre. Il y avait peu de femmes indiennes sur les plantations, problème auquel il a fallu faire face.

THE INDENTURE SYSTEM

Ce système de contrat n'était pas le même que celui de l'esclavage. Les immigrants ont eu la possibilité de retourner en Inde à la fin de leur contrat ou de rester à Trinidad, le Gouvernement leur donnant un lopin de terre.

Certains ont continué à travailler sur les plantations, d'autres ont cultivé pour leur consommation personnelle ou pour vendre (riz). Les plus fortunés se sont lancés dans la production de cacao.

INSTALLATION DES INDIENS

Les Indiens se sont regroupés et ont développé de petits villages ruraux à travers le pays. En souvenir de leur terre ancestrale, ils leur ont donné les mêmes noms qu'en Inde.

Ces noms de village existent encore aujourd'hui et donnent une indication sur les différentes régions d'Inde d'où ils étaient originaires.

Diego Martin est un des premiers lieux où ils se sont installés.

Dans le quartier Saint James à Port-of-Spain, les noms des rues portent les noms de nombreuses villes en Inde: Mathura Street, Bengal Street, Lucknow Street, Nepal Street.

La plupart des Indiens se sont installés dans la région de Caroni qui comporte beaucoup de noms de ville venant d'Inde : Madras, Chandernagore , Calcutta, Pahari, Coromandel, Fyzabad , Siparia …

QU' ONT-ILS AMENÉ AVEC EUX?

Avant l'arrivée des premiers Indiens en Caraïbe en 1838, l'Inde était à l'origine de l'expédition de plusieurs plantes venues des jardins botaniques de Calcutta. La plus connue est le manguier, Aam en Inde.

Spondias cytherea
Spondias cytherea, Anacardiaceæ, Prune de Cythère. Photo F. Palli

Nous connaissons aussi la Prune de Cythère et les épices Cannelle ou Noix de muscade. Citons également les bananes, le sorrel, ainsi que les variétés de riz ou de canne à sucre.

Les travailleurs Indiens ont contribué de façon significative au développement de l'agriculture dans la Caraïbe. Ils ont apporté leur savoir-faire ainsi que les semences pour leur consommation des variétés d'épinards, de giraumons, de goyaves, de pastèques…. Il faut parler aussi des ustensiles qu'ils utilisaient comme le Dabla, spatule en bois pour retourner les «rotis».

La Musique, les chants, les danses avaient une place importante dans la vie des travailleurs indiens surtout lors de leurs festivals hindous ou musulmans.

danseuse 2
danseuse 1
danseuse 3
Consuelo Marlin. Photo Fernand LIN.

Aujourd'hui la musique indienne fait partie intégrale de la vie des Trinidadiens, il y a même des stations de radio, tel que 90.5 Fm, qui ne diffusent que des programmes indiens. Cela se retrouve lors des concours de Chutney Soca ou quand deux fils du terroir David Rudder et Mungal Patassar donnent un concert: Ganges Meets the Nile –Le Gange qui rencontre le Nil.

On utilise encore beaucoup d'instruments qu'ils ont apportés; les plus connus sont les tambours: Tassa, Dholak, Tabla, Nagara, l'harmonium, la flûte de bambou, les cymbales ou le Sitar.

LES TENUES VESTIMENTAIRES

Trinindians 6
Photo. © Dominique Fagnol.

Les hommes portaient des vêtements de coton et un turban et les femmes le sari. Les bijoux en or ou en argent avaient une part importante dans la tenue des femmes. Leurs bras avaient de nombreux bracelets: Bera et leurs oreilles étaient couvertes de boucles.

L'ART CULINAIRE

Les Indiens ont amené aussi une variété de plats et des techniques de préparation qui ont survécu à travers les années et sont devenus très populaires à Trinidad.

Les deux plats principaux sont le riz et le roti (sorte de pain qui se prépare de diverses manières : dosti, saada, paratha).

Ils utilisaient plus de légumes que de viande qui se préparait avec du curry.

Légumes les plus cuisinés : tomates, aubergines, châtaignes, piments, épinards, giraumons.

Ils ont inventé les «doubles» qui sont devenus un plat national à Trinidad, il s'agit de deux petits morceaux de pâte fourrés comme un sandwich.

Pendant les fêtes, ils servaient des friandises très appréciées :barfi, jeelaybee, gulabjamoon, kurma, ladoo ou peerah.

La chose primordiale qui a surmonté toutes les barrières de foi, classe ou race est la nourriture indienne. On le voit au nombre de restaurants indiens ou roti shops qui se sont ouverts à travers le pays.

Les Indiens ne sont pas les seuls à cuisiner indien car presque tous les Trinidadiens et Tobagoniens savent préparer un bon curry. C'est ce qui fait la beauté et le charme de vivre dans une telle société.

LA RELIGION

Hanuman
Statue géante de Hanuman à Carapichaima, Trinidad, juin 2003. Photo Devant Maharaj.

Les immigrants étaient hindous, musulmans avec quelques chrétiens et bouddhistes. La majorité était hindous et ils ont apporté leurs fêtes religieuses; ils ressentaient le besoin de s'accrocher à ces valeurs et ces principes qui les avaient aidés au cours des siècles.

Trinidad divali
Autel de Divali. Photo Fernand LIN.

Ils ont construit des mosquées et mandirs dans les villages.

Les musulmans célébraient Hosay et Eid-ul-Fitr et les hindous Divali et Shiv Ratri.

Dans les années 1890 s'est développée une opposition à l'immigration indienne. La crise sucrière avait conduit à un tournant de l'économie et le chômage allait grandissant.

Pendant la première guerre mondiale on a suspendu le trafic et on essaya de remplacer le système par une autre forme mais cela n'a jamais abouti.

Le système d'immigration des Indiens s'arrêta en 1917.

elephant elephant elephant

Trinidad and Tobago

Blason
Blason. Source.

Carte d'identité

Au large du Venezuela, Trinidad et Tobago sont les îles des Antilles les plus méridionales. On apprécie particulièrement l'incroyable joie de vivre de la population, qui compte 1'290'000 habitants .

Sa capitale est Port of Spain, l'île s'étend sur 5 148 km 2. Enjouée et très animée Trinidad est mondialement connue pour son spectaculaire Carnaval. Plus petite, Tobago attire davantage des touristes en mal de repos.

carte
Carte. Source.

Les premiers habitants ont été les Arawaks suivis des Caraïbes. Christophe Colomb a donné ce nom à l'île en 1498, après avoir aperçu 3 collines.

Les espagnols s'y sont installés et ont laissé les noms de Sangre Grande, San Fernando et Port of Spain.

Les planteurs Français déracinés par la Révolution de 1789, ont laissé à leur tour les noms de Sans Souci, Blanchisseuse, Matelot.

Après l'abolition de l'esclavage en 1833, et l'arrivée des premiers travailleurs indiens, l'Afrique et l'Inde se sont mélangés, on assiste à la naissance de Trinidad et Tobago, nation moderne où toute croyance et race trouvent une place égale.

Arts et culture

Le carnaval

Trinidad carnaval
Carnaval. Source.

Toutes les barrières tombent, les classes importent peu, le plus important est de s'amuser : découvrez la vérité, la joie et l'art de vivre pendant deux jours.

La musique : Calypso et Soca

Trinidad and Tobago est le berceau du calypso. Visitez les «Calypso Tents» pour entendre les chanteurs. Jusqu'à 20 artistes s'affrontent en une seule nuit. Vous ne serez jamais aussi près de comprendre l'âme d'un Trinidadien que là.

Le Calypso parodie les évènements, les rumeurs, les ragots du jour. Le calypsonien a le droit de faire des satires et des parodies.

On juge les meilleures chansons le Dimanche Gras lorsque les 9 meilleurs calypsoniens affrontent le champion précédent pour décider qui sera le Roi du Calypso de l'année.

Dans les années 70 est apparu le Soca qui a le même rythme mais est joué plus rapidement avec beaucoup de basse et un peu de tambour indien.

Le Steel Pan

Stee band
Steel band. Photo Fernand LIN.

Seul instrument acoustique inventé au 20 ième siècle, né à Trinidad et Tobago.

A l'origine on utilisait des bambous de longueurs différentes frappés les uns contre les autres. Lors de la seconde guerre mondiale on a interdit l'usage de tambours africains, ils ont été remplacés par de larges boites de biscuits en fer puis par des fûts vides de pétrole. Après avoir chauffé, tordu l'extrémité des fûts, le principe du steel pan naissait.

Au début on les portait autour du cou mais depuis les années 60 un orchestre entier peut compter jusqu'à 130 instruments et on les transporte sur des roulettes.  

Meilleurs arrangeurs : Jit SAMAROO et Ken Professor Philmore

La littérature

Un des meilleurs fils du pays est le Prix Nobel de littérature 2004 en la personne de V. S. NAIPAUL dont les titres les plus étudiés sont :

Autre écrivain connu: Samuel SELVON avec les titres :

Tous deux sont Indiens d'origine.

Le sport

Quelques athlètes évoluant en milieu international

  • Ato BOLDON : athlète
  • Brian LARA : capitaine de cricket
  • Hasely CRAWFORD : premier médaillé d'or au 100 mètres
  • Stern JOHN : footballeur professionnelà Coventry City
  • Dwight YORKE : footballeurà Birmingham City

Economie

Les exportations principales de Trinidad et Tobago sont :

  • Le pétrole et les produits dérivés
  • Le gaz naturel
  • Des produits chimiques
  • Des fertilisants
  • Des produits alimentaires
  • Du sucre, cacao, café, agrumes, riz, fleurs…

Journaux

Quelques titres de journaux importants :

elephant

Commémoration à la Martinique en 2003

  • Soirée prestige de la FASSIMA (Association loi 1901, F édération des Ass ociations I ndo- Ma rtiniquaises) au Kalenda Resort Hôtel.
     
  • Buffet dansant indien de l'équipe pédagogique de la SEGPA ( Section d' E nseignement Général et rofessionnel dapté) de Ducos au Petit Château Aubéry à Fond d'Or.
     
  • Projections : Salle Frantz Fanon, CMAC 
    • L'Inde et sa diaspora,
    • Laagan, Oscar 2002 du meilleur film étranger.
    • Le mariage des moussons de M.Nair.
    • Mon Petit Diable de G. Dessai.
    • Bhaji , une ballade à Blackpool et Joue la comme Beckham de G.Chadha.
       
  • Concert de Mungal Patasar au CMAC.
     
  • Cinéma indien : Poésie et virtuosité à l'Atrium.
     
  • Film : Devdas de S.L Bhansali à Madiana, sélection officielle du Festival de Cannes 2002.

 

Viré monté