Potomitan

Site de promotion des cultures et des langues créoles
Annou voyé kreyòl douvan douvan

Sansann

Judes Duranty

 

 

 

 

 

 

Sansann, Judes Duranty • JidProd.Editions, 2009 • ISBN 972-2-7466-0778 • 7€
Sansann

Quatrième de couverture

Sansann:
Aleksan été moun kréyol kakriyé Sansann, sé bon kalté mak kréyol-la. Mé es misié eksisté pou toulbon?
Zot tout in alantou-zot, an Sansan ki ka palé an kréyol kip a tjòlòlò, Fransé-a mété grapê anlè’y.  An kréyol ki pa an poto pouri éti ou pé fè fos anlè’y. Es rété an lo jòdi?
Jude Duranty ka baq-nou an ti-kamo, i kriyé sa an «rakontaj» adan tan épi lespri kréyol. I ka fè pòtré pliziè kalté manni palé kréyol, ant kréyol fransizé, kréyol litérati, kréyol migannen épi dot kréyol.
Es fok bel kréyol-la rété toulong anlè an ti-ban?
Kitan i ké ni plas-li anpami tout lang asou latè, anlè an fotèy pou’y pran lang épi dot lang?
Vous détenez la réponse!

Sansann :
Alexandre, que les gens créoles nomment Sansann, est un « bon kalté mak kréyol ». Ce personnage est vraiment fictif ?
Vous avez tous dans votre entourage un Sansan qui pratique un créole qui n’est pas devenu tjòlòlò « contaminé » par le Françasi et qui n’est donc pas un « poto pouri » décréolisé. Mais sont-ils encore nombreux ?
Jude Duranty propose un « rakontaj », une sorte de petit voyage dans le temps et l’espace créole. C’est aussi une photograpie de certains parlers créoles, entre créole francisé, créole littéraire et pancréole.
Notre belle langue créole doit-elle indéfiniment se tenir sur un « ti-ban ? »
Quand sera-t’elle une langue comme  toutes les autres pour prendre langue avec les hommes du monde ?
Sé zot ki sav !

Jude DURANTY, né en 1956, est chef de chœur de la chorale l’Orchidée de Schoelcher. Introduit dans le monde l’écrit créole avec à son actif plus de 280 chroniques, les Kréyolad de Jid dans Antilla. Il a publié pour la jeunesse Ti diko illustré de la mer, Yé krik ! Yé krak : bouladjel aux Editions Desnel, en français Brevet de Brillance et Les contes de Layou aux Editions Edilivre ainsi que Zouki d’ici danse, Ibis Rouge et Sopaltéba, Edilivre.
Avec Sansann, il propose le deuxième son d’une mélodie créole.

boule  boule  boule

Dé mo douvan

Extrait de Sansann

 I dézè’d maten, dépi yonn-dé jou, man pa ni sonmey, savrè si man pa somobil. Magré tout dité grokonsoul, sirio épi kòsol pou man dòmi, pa menm palé tjilo léti man ka valé, riennafè.

Doktè-mwen ba mwen analiz pou man sa fè. I di mwen:

— Man pa ka wè ou ni ayen!

I ba mwen an zafè kaché pou pran, mé — man pa ni lajan pou séré, sé pa pawol man ké séré — man pé ké fè kachotri pou di zot man rayi sa, dann!

Doktè-a di mwen, pétet fok alé wè an sikolog. Pas ou pa oblijé fou pou monté Kolson, mé pé ni an bagay éti ka jennen’w kon an ti roch dan an soulié.

Man alé wè konpè-mwen Log. Kidonk man té épi Log ek mi sa I di mwen:

— Jid ou pa bizwen pè sikolog, misié oben manzel, sa ka dépann, ké palé ba’w ek ké kouté’w. Ou sav délè palé bien bon. Yo di padon pa ka djéri bos, mé palé ka djéri bles. Sirtou bles lespri.

An final di kont, man alé wè misié. I fè mwen asiz asou an divan ek i di mwen : Palé, menm si ou pa lé palé, palé.

Dapré misié man ka soufè di an model malkadi yo ka kriyé an mal diglosik man kwè. Dan zafè mal di gro sik la, sa ka rivé lè adan an péyi éti ki ni dé lang épi yo ka opozé’w palé yonn adan yo. Yonn yo jijé tro soubarou ek ki dènié kakachien. Sa ka fè ou pa ni dwa sèvi’y.

Konpè Ektò, on zanmi Gwadloup ki pa ka pran dlo mousach pou let, matjé yonn-dé mo asou sa adan an liv I fè.

Sikolog as  mwen as  anlo, I pa entéronp mwen. I di mwen:

— Tou sa ou ni anlè lestonmak tjè-w, matjé’y. Sa kédéchajé’w.

I di mwen tou:

— Délè, lè’w ni an chay ki titak tro lou, fok tanzantan ou dépozé’y pou’w pran fos. Pas sinon, ou pa oblijé rivé la ou ka alé a.

Man di misié man pa sa matjé kréyol. An tan-mwen, daboudabò fok pa té palé sa lékol. Déwò, an lakou-a, an gran chime, wi, mé pa lékol-la.

Épi déjà-pou-dé, man pa an grangrek pas manman-mwen pa trapé filon pou man té antré latit.

Sikolog di mwen, délè sé zié ki krapon. I sifi ou lé. Épi pèsévérans, pasians épi kouraj — si ou pa kouri — ou pé rivé.

Ni an ti pawol ka di: «épi pasians ou pé jik wè trip fonmi oben an titiri ka valé an ton».

Épi tibren pasians man konstaté kréyol pa pi difisil ki chinwa oben anglé. Lè man ka di zot sa, man la ka sonjé an grannonm.

I di mwen:

— Tjanmay pa koté Lamérik, sé sa ki étélijan, pas a dézan yo ja ka palé anglé!

Sé ki i ka konprann li menm sot, pas a dézan, li tou té ja ka palé kréyol pas i lévé atè isi.

Tou sa pou man di zot, kréyol pa pli difisil ki an lot lang. Mé pou aprann matjé’y, fok ou aksepté ou pa konnet bè a ba jou baré. Si ou fè gro majol pou di :

— Man ja sa palé’y, man pa bizwen aprann matjé’y! Ou ped tout dan’w.

Afos-afos, man rivé pa konstaté ki pou rivé matjé lang-tala, fok pran dapiyan asou dé prensip :

— Déjà-pou-yonn, tou sa ou ka tann ou ka matjé’y.

— Déjà-pou-dé, tou sa ki matjé ou ka di’y.

Man fè sa mwen té pé, ek dépi man koumansé matjé kréyol, man trapé an soulajman. Man ka dòmi telman, asiparé sonmeymwen lou telman, man ka jik ronflé.

Matjé kréyol fè mwen jwenn Sansann. Sé li ka fè si jòdi-jou man pa ka soufè épi malkadi-a éti man pa ka chonjé non-y la — sé pa mwen ki pòté’y batenm. «Mal di gro sik», «Mal diglosik » anfen ni anlo moun ki kon mwen épi zot ka li atjelman a ki ja kité malad ka alé, é yo pa menm sav. Malkadi-tala ka rivé a chouval as a asou do milé i ka viré pati.

Asiré, man asou chimen djérizon, pas man ka ba chak langla plas-yo. Pa ni yonn ki pli sipériè ki dot. Tout lang sé lang, kidonk kontinié palé kréyol, mé sirtou matjé kréyol, pou démen bon maten jénérasion-nou pa wont bel lang-tala. Sé sel manniè yo pé ké maché-brété.

Atjelman zot ka konprann poutji man matjé rakontaj-tala. Jik atjelman man as av si sé mwen ki ékri’y, oben si sé Sansann ki pran lanmen-mwen pou endé mwen matjé ti rakontaj-tala. Si zot rivé sav, fè di mwen.

Extrait de Sansann

boule  boule  boule

Sansann et le mal diglossique

Raphaël Confiant

Livre après livre, Jude Duranty s’affirme comme un auteur créolophone de grand talent, non plus un simple «marqueur de paroles» mais un jongleur de mots. C’et que l’humour, par le biais du jeu de langue, fait partie intégrante de la manière d’écrire de notre auteur. Et dans son dernier texte, «SANSANN», le narrateur se voit diagnostiquer un «mal diglosik» par le psychologue qu’il va consulter, ce qu’il transpose immédiatement en «mal di gro sik». De fait, c’est la langue ou plutôt le conflit des langues entre créole et français qui est l’objet même du texte. Ainsi, il nous est conté, à travers de courtes saynètes, la vie d’un certain Sansann, gamin à la tête dure qui refuse d’apprendre à lire et qui préfère la vraie vie des «razié» et des mornes. À son époque, pas question d’école maternelle. Il est donc confié, comme d’autres enfants du peuple, à Bònsè (Bonne sœur) laquelle «té konnet titak fransé» (qui connaissait un peu de français). Sur trois longues pages, J. Duranty va nous donner à lire, pour la première fois, me semble-t-il, du «français-banane» en graphie…créole. Jusqu’à ce jour, cette variété de langue était toujours transcrite par les différents auteurs en orthographe française. Ainsi le succulent «Aurélien a paré le saut», ouvrage entièrement écrit en français-banane par le Guadeloupéen Germain William, et forcément incompréhensible, dès son titre, par un non-créolophone et même par un non-guadeloupéanophone.

Or, J. Duranty préfère écrire:

«Lé zanfan, nou zalon aprann a liw! Sé dan lé liv kè vou zalé trouvé dé solision pou sowtiw dan vot lanmizè blé, épi sèlui de vot générasion…»

Il ne s’agit pas là d’une simple coquetterie car ce français-banane est inséré dans un texte créole tout ce qu’il y a de plus créole, de plus «natif-natal» ou «fondal-natal». J. Duranty fait, en effet, partie de cette nouvelle génération d’auteurs créolophones qui, à l’instar d’un Jean-Marc Rosier, a compris que l’on ne saurait, se contenter du parler de tous les jours et que l’une des tâches principales de qui se lance dans cette aventure, est de s’enfoncer dans les «bway» (entrailles) de la langue pour en faire jaillir les mots oubliés, les mots devenus rares ou encore pour inventer des néologismes. Si donc le français-banane placé dans un texte français prête à sourire, s’il fait grotesque, placé par contre dans un texte créole, il fait plus pathétique, il donne toute la mesure de l’effort désespéré que faisaient nos grands-parents pour s’approprier la langue de l’Autre à une époque où l’école était rare et où la radio et la télévision étaient encore peu répandus. Et si l’on en rit dans «Sansann», c’est davantage d’un rire jaune. Comme lorsque la LFB nous est présentée c’est-à-dire «Lakadémi Fransé Bannann»…

J. Duranty nous offrira donc des tranches de vie de son petit héros qui deviendra grand au fil des pages et qui se mettra à exercer le métier de bûcheron sur les hauteurs, encore bien boisées à l’époque, de Case-Navire. Dur à la tâche, expert en abattage et tronçonnage, notre héros parviendra vite à se débrouiller dans la vie, mais toujours en se tenant très à l’écart du monde français et de la langue française:

«Kalté langaj tala pa té ni asé kanman pou goj-li» (Ce genre de langage ne possédait pas suffisamment d’élégance pour sa gorge) nous précise le narrateur.

Et chez Sansann, cette créolophilie ne s’arrête pas à la langue, elle touche à tous les domaines de la réalité à commencer par le culinaire, grand amateur qu’il est de «makadanm», de «blaf» et de «donbré». Au vestimentaire aussi lorsqu’il refuse de porter le panama à la mode pour s’entêter à conserver son «bakwa». Bref, Sansann était ce que l’on désignait sous le vocable de «vié-neg», mal traduit généralement par «vieux nègre» puisqu’en créole, «vié», dans certains cas, ne fait aucunement référence à l’âge ou au temps, mais à la qualité ou à la manière d’être. Ainsi, un «vié neg» peut être jeune dès l’instant où il préfère les mœurs créoles aux belles manières françaises.

Sansann est donc un survivant. Le dernier des Mohicans (ou des Caraïbes, si l’on préfère). Celui qui nous lance au visage:

«Pli ta pli tris!» (Le pire est à venir)

Il est à souhaiter que le maximum de gens fassent l’effort de lire ce texte de Judes Duranty qui fait 53 pages. Exit l’argument du «C’est trop long!» car l’auteur à le don, à petites touches discrètes, de nous ébranler dans nos certitudes quotidiennes et de nous rappeler que nous vivons avec des habits d’emprunts ce qu’Aimé Césaire qualifiait de «vie menteusement souriante».

Une seule remarque cependant: il est incroyable que J. Duranty ait été contraint de publier son texte à compte d’auteur comme je le faisais il y a…30 ans. Et là, je ne jette pas la pierre aux éditeurs locaux: Ibis Rouge, les éditions Lafontaine, les éditions Jasor ou encore Caraïbéditions font d’énormes efforts pour promouvoir la littérature en langue créole. Mais leurs moyens ne sont pas illimités…Ce qu’il faudrait, c’est que soit créé par nos collectivités, comme aux Seychelles ou à la Réunion, un «Office de la Langue Créole» ou un «Institut Créole» dont l’une des fonctions serait de participer au financement des textes écrits en créole.

On peut toujours rêver…

Raphaël Confiant

boule  boule  boule

Sansann de Jude DURANTY

Rodolfe Etienne

Jude Duranty nous revient avec un ouvrage créole d’un goût exquis. Avec «Sansann», il nous conte l’histoire de ces petites gens qui font la force de notre culture. «Vous avez tous dans votre entourage un Sansann qui pratique un créole fondok», déclare l’auteur. Et il est aisé de confirmer. «Sansann » nous entraine dans un univers presque perdu, où misère, fierté et honneur se conjuguent. L’auteur se livre là à un véritable exercice de «fouilles», puisant dans sa mémoire ce «rakontaj», sorte de voyage dans le temps et l’espace créole. Avec six ouvrages à son actif et plus de 250 chroniques créoles publiées dans l’hebdomadaire Antilla, Jid apparaît comme un maitre de la parole d’antan. Notre langue créole doit-elle se tenir sur un «ti-ban»? Quand sera-t-elle une langue comme les autres, ayant sa place, elle aussi, dans le beau fauteuil linguistique pour prendre langue avec les hommes du monde? Autant de réflexion qui guident la littérature de Jude Duranty et qui nous offrent de belles pages de cette littérature créole encore à créer. «Sansann» plein de mystères et de bons mots: un ouvrage à lire. R.E

«Sansann» . Jude Duranty. Prix: 7 euros. Contact: 0696 95 70 94

 Viré monté